Accueil  > Les temps forts du moment  > 

mars 2018

Pâques

Pâques

Pour les chrétiens, Pâques est un des principaux évènements du calendrier, qui symbolise la vie après la mort.
Ce jour-là, ils célèbrent la résurrection du Christ, après sa crucifixion.

Pâques met également fin à la période de carême, qui dure quarante jours.

Dans les traditions païennes : Pâques est une période de renouveau, avec l'arrivée du printemps.

Chez les Égyptiens, les Perses et les Romains notamment, l'œuf est un symbole de vie, que l'on s'offrait au printemps.

Au Moyen-Âge, il était interdit de manger des œufs pendant le carême. Or les poules de la maison ne s'arrêtaient pas pour autant de pondre ! De là vient la tradition de s'offrir des œufs décorés, avec le surplus. Une tradition qui est encore très présente dans certains pays, comme en Allemagne.

Depuis plusieurs siècles, il est interdit de sonner les cloches des églises catholiques entre le Jeudi saint et le dimanche de Pâques, en signe de deuil. Une tradition que l'on retrouve notamment en France, en Belgique ou en Italie.

On a alors raconté aux enfants que les cloches allaient se faire bénir par le Pape à Rome. En rentrant, elles viennent carillonner et déposent au passage dans les jardins les fameux œufs en chocolat tant attendus par les enfants.

En Allemagne et dans l'est de la France, c'est un lapin, aux États-Unis un lièvre...

Le lapin vient d'une tradition païenne germanique : il était l'emblème de la déesse Ost Ara, symbole de fertilité et du printemps.

 

Des œufs toujours mais en chocolat

La transition s'est faite progressivement. Les sucreries étant interdites pendant la période du carême, Pâques marque la fin de la restriction. D'où les cadeaux ramenés par les cloches.

Les giboulées de mars

Les giboulées de mars

Alors que le soleil brillait il y a à peine quelques minutes, le ciel s'assombrit d'un seul coup d'un seul et il se met brutalement à pleuvoir voire à grêler. L’instant d’après le soleil brille à nouveau avec une intensité surprenante. Ce sont les giboulées (de mars).

Ce phénomène météorologique lié au passage de l’hiver au printemps, se traduit par de fortes et brèves averses accompagnées de vent et parfois de grêle, de neige ou de coups de tonnerre.

C'est l’instabilité  de l’atmosphère à ce moment de l’année et plus précisément à des différences de températures entre ses couches qui en est la cause. À la fin de l’hiver, le rayonnement du soleil réchauffe les basses couches (les 1 500 mètres inférieurs de l’atmosphère) tandis que l’air des couches supérieures reste froid.

Ce contraste entraîne de violents courants d’air ascendants, qui créent à leur tour des nuages instables (des cumulus congestus et des cumulonimbus). À l’intérieur de ces gros nuages se développent des cristaux de glace qui sont à l’origine du grésil ou de la grêle.

Comme l’air est très froid en altitude, les précipitations font chuter brutalement les températures au niveau du sol, parfois au point de transformer la pluie en neige.

D'après Météo-France, les gibouléespeuvent entraîner généralement un brusque refroidissement à leur passage. Et, au contraire, lors d’une éclaircie entre deux giboulées, le soleil donne l’impression d’un temps agréable et doux.

Ce phénomène se produit surtout entre février et avril, et parfois jusqu’au mois de mai.

Les régions côtières sont les plus exposées aux giboulées, et plus particulièrement celles situées au nord de la Loire.

Alors, quoi qu'il en soit, à partir de maintenant et jusqu'à début mai, ne sortez jamais sans votre parapluie !